Les sources de la malnutrition à Santuario :

Santuario est une ville de près de 16 000 habitants au coeur de la région caféière de la Colombie. Elle se situe plus précisément dans le département de Risaralda, sur le versant oriental de la cordillère occidentale.

Dès sa création, en 1886, elle se consacre presque exclusivement à la culture du café qui représente aujourd’hui plus de 70% de sa surface cultivée.

Les prix continuent donc de baisser tout au long des années 90 pour atteindre, au début des années 2000 en Colombie, les niveaux les plus bas jamais enregistrés. Le pays, qui n’a pas su faire face à la dérégulation du commerce, passe du rang de deuxième producteur mondial, derrière le Brésil, au huitième rang (cédant sa place au Vietnam).

La région caféière connait une forte crise économique qu’elle tente de compenser, aujourd’hui, en se tournant vers le tourisme (interne et externe depuis quelques années) et le pays quant à lui, dont le café constituait l’une des principales entrées de devises parvient à maintenir sa croissance économique en cédant ses ressources minières et pétrolières à des multinationales.

La crise du café, le développement de la culture de la cocaïne qu’elle provoque, ainsi que la position géostratégique qu’occupe cette région sur le territoire colombien (elle se situe entre les trois principales villes du pays) font de celle-ci un terrain propice au développement du conflit. Au cours de la décennie 90, arrivent donc à Santuario, des groupes paramilitaires qui, en même temps qu’ils chassent les groupes guérilleros présent dans la région depuis quelques années, exterminent tout supposé collaborateur et tout type de déviant politique. On découvrira par la suite, dans la zone rurale de la ville, cinq fosses communes remplies de cadavres.

Ces deux facteurs, la crise économique et le développement du conflit, génèrent une période de grandes difficultés à Santuario qui se font notamment sentir à travers une baisse de l’assiduité à l’école des enfants dont les familles sont les plus touchées. Parmi les enfants déscolarisés, certains travaillent dans les fermes pour aider leurs parents, tandis que d’autres rejoignent des groupes armés illégaux.

On envisage alors de mettre en place des cantines scolaires à leur intention. Mais les pouvoirs publics locaux se déresponsabilisent de ces initiatives, puisque dans le système éducatif colombien les journées scolaires terminent à 12h30 et les enfants rentrent en principe déjeuner chez eux; par conséquent les seuls financements qui existent sont ceux du Bienestar familiar (établissement public décentralisé, appartenant au Département administratif pour la prospérité sociale et ayant pour mission d’assurer la sécurité des enfants et le bien être des familles) et relèvent d’une politique assistantialiste de l’Etat central. Des organisations privées, complétant les carences du Bienestar Familiar, mettent alors en place des centres nutritionnels au sein des écoles pour les enfants issus de familles démunies. Outre le fait de lutter contre la malnutrition, ces centres constituent aussi instrument contre la déscolarisation. Le faible coût, voire la gratuité pour les parents du déjeuner servi dans les écoles doit les encourager à y envoyer leurs enfants ; s’ils perdent les gains des journées de travail de ces derniers, ils leurs assurent un repas quotidien et équilibré sans en supporter les frais.

Les difficultés que connait la ville se traduisent également par un exode massif de la population, principalement de la population en âe de travailler. Santuario devient alors la municipalité du pays dont la part de la population à l’étranger est, en proportion, la plus importante.

SOUTENIR MYOSOTIS

Présentation de Myosotis :

C’est au fil de rencontres franco-colombiennes que Myosotis a vu le jour et s’est développé pour finalement permettre à un nombre croissant d’enfants de Santuario d’avoir droit à un repas le midi à l’école.

Pour la petite histoire, son objet de départ était tout autre. Un psychiatre colombien voulait créer un centre destiné à accueillir, suivre et soigner des filles-mères à Bogota. Pour encourager leur venue régulière dans le centre, l’idée était de leur permettre d’y bénéficier d’un repas complet, et Myosotis devait se charger de financer cet aspect nutritif. Faute d’obtenir l’octroi des subventions nécessaires à l’ouverture du centre, ce projet n’a pu aboutir. L’association avait pourtant été créée, grâce à l’aide du Mouvement International d’Aide à l’Enfance.

De nouveaux voyages, de nouvelles rencontres, ont rapidement donné une nouvelle raison d’être à Myosotis. Les membres de l’Association Franco-Colombienne pour le Développement de Santuario (AFCODES) l’ont ainsi encouragé à se tourner vers les enfants de Santuario, dont l’une des écoles publiques ne bénéficiait plus de subvention pour fournir à des enfants issus de familles en difficulté un repas quotidien. Myosotis avait trouvé son objet, et depuis le début, c’est Maria Nohelia, à l’origine enseignante dans l’une des écoles, qui s’occupe de la réception des dons et de leur gestion dans le centre.

Myosotis est une association régie par la loi du 1er juillet 1901 sans but lucratif ni caractère politique, philosophique ou religieux. Créée en 1994, elle a pour objet de lutter contre la malnutrition à Santuario (Risaralda) en Colombie, en assurant une alimentation quotidienne et équilibrée à des enfants victimes de malnutrition.

L’Association finance un repas quotidien à 70 enfants agés de 4 à 16 ans durant toute l’année scolaire (de février à décembre). Assurer à ces enfants une alimentation journalière leur permet non seulement de mieux vivre et de mieux grandir, mais aussi de mieux apprendre et s’épanouir. En effet, dans une région où beaucoup d’enfants ne sont pas scolarisés, la garantie d’un repas gratuit à l’école encourage des familles souvent éloignées à y envoyer leurs enfants.

Cette association agit sans intermédiaire, puisque l’argent reçu des donateurs est directement envoyé dans le centre nutritionnel à Santuario. Elle est constituée uniquement de bénévoles.

Myosotis fait partie du Mouvement International de l’Aide à l’Enfance (www.miae.fr), créé en 1984 et regroupant 44 associations françaises luttant contre la malnutrition en finançant des centres nutritionnels dans plusieurs pays d’Amérique Latine et à Madagascar.

Quelques événements organisés par l’Association

2017

Marimba & Chirimia - Salsos +

La Maroquinerie à Paris

2015

Ensemble Coupolyphonie

Eglise Conflans de Charenton

2014

Concert de Salsos +

Les Trois Baudets à Paris

2012

Concert Los Josefinos

Maison de l’Amérique Latine à Paris

2009

Flûte japonaise de Daniel Lifermann

Temple Charenton

2005

Concert classique du Wells Consort et Wells Milleniun

Chapelle de Conflans à Charenton

2001

Concert de Jorge Gonzalez

Maison de l’Amérique Latine à Paris

Nous Contacter

Notre Adresse :

10 avenue Jean Jaurès
94220 Charenton le Pont
Téléphone : 01 49 77 71 38
mail : myosotis.col@gmail.com

Nous écrire